Yoann STUCK, de l’abîme à la cime

J’ai eu la chance de rencontrer Yoann STUCK, traileur élite.

JFEET : Salut Yoann, peux-tu te présenter pour nos abonnés stp ?

Yoann STUCK : J’ai 35 ans et je suis coach sportif. J’ai créé un petit groupe de coureurs que j’entraîne quel que soit leur niveau ou objectif ; Tant qu’on a des valeurs communes et le goût du partage, ça crée une belle émulation et c’est le plus important.

Je vis avec Estelle, ma compagne et notre fille de trois ans, Charlee.

yoann-stuck-interview

Crédit photo : Philippe RIBIERE – PRO CLIMBER

Depuis quand cours-tu ?

Depuis 2010 réellement, après avoir écrasé ma dernière clope. En arrêtant de fumer, j’avais un peu peur de compenser donc je me suis mis à courir… Progressivement puisque mon premier footing n’a duré que 20 minutes. Au départ sur route, puis de plus en plus sur terrains variés.

Quelle est ta distance et ton terrain de prédilection ?

La distance que je préfère se situe plutôt sur du 80km, jusqu’à 100km c’est ce que je préfère. Quant aux terrains, je dirai les Monts d’or pour la proximité ; mais La Plagne car c’est là qu’on s’installe hors périodes scolaires : la diversité des sentiers, la beauté du coin et le terrain correspondent exactement à mes attentes pour m’entraîner.

Pourquoi tu cours ?

Parce que c’est un kiffe. Tant que je prendrai plaisir, je courrai. S’il n’y a plus de notion de plaisir, j’arrête tout.

Je suis également dans ma bulle quand je cours, ca me permet de décharger les tensions, mais aussi de me recentrer. J’ai découvert la course à pied tardivement et, si j’affectionne d’autres sports, je ne vois pas ma vie sans course à pied aujourd’hui.

Et puis, ça m’a aussi beaucoup apporté dans la vie au quotidien en termes de qualité de vie, pour moi, mais également ma famille.

Combien de fois par semaine ?

5 à 10 entraînements par semaine en moyenne.

Pratiques-tu l’entraînement croisé avec le vélo ou d’autres sports ?

Je pratique l’entrainement croisé oui, je trouve cela important. Le vélo de route que j’apprécie de plus en plus ; le Stand Up Paddle que je découvre et pratique de plus en plus. Et puis le VTTAE (Vélo Tout Terrain à Assistance Electrique) qui me permet de polariser, et cela rentre aussi dans ma façon de penser car ainsi, on n’utilise quasiment jamais notre voiture. Pour le SUP, avoir un VTTAE me permet d’en faire sur des lacs d’altitude… bref, de voir plus loin.

Ta séance d’entraînement préférée ? Et la plus redoutée ?

Pour ma préférée, je dirai séance de seuil ; en revanche, la plus redoutée reste toujours la séance de VMA courte.

yoann-stuck-interview

Quels bénéfices tires-tu de la cap ?

Je me découvre déjà, on apprend à se connaître finalement! Le partage : je partage beaucoup sur les réseaux parce que c’est évident que c’est important pour moi. Partager ce que je vis grace a la course à pied, c’est ce que je fais avec mon entourage et ce que j’essaye de faire vivre aussi par les réseaux. La course à pied m’a ouvert tellement de nouveaux horizons…

Quels sont tes prochains objectifs ?

The North Face 50 miles à San Francisco, le dernier de l’année. Je peaufine encore les prochains objectifs sur 2019.

Peux-tu nous dévoiler ton palmarès ?

Je viens de faire 9eme à l’Ultravasan en Suede malgré une forme moyenne.

Cet été, j’ai enchaîné la montée de bobsleigh (2eme), la 6Decouverte (2eme) ET le KV de La Plagne (1er) sur un week-end.

J’ai terminé deux fois second de l’ecotrail de Paris sur le 80 kilomètres.

3eme de la 6000D (2017)

Deux fois vainqueur Wings for Life en Norvège et à Dubai (2016-2017).

Ton plus beau souvenir de course ?

Ma victoire sur les Cabornis en 2014. C’est je crois ce qui m’a donné envie daller chercher plus loin.

Personne ne me connaissait, ca a été le début de beaucoup de belles choses dans ma pratique.

yoann-stuck-interview

Le pire… ?

Mon premier abandon : la Transvulcania. Pas par méforme mais intoxication, donc j’étais vraiment dégoûté car dans ces cas-là, on ne peut pas se dire “j’aurais du faire si” ou “améliorer ça”.

Tu parles souvent sur les réseaux sociaux de ton passé, de fumeur et bon vivant, tu peux nous en dire plus stp ?

Effectivement, je le mets souvent en avant car je me suis rendu compte que mon histoire parlait à beaucoup, motivait du monde et c’est juste génial. Je n’ai pas de passé sportif, mon expérience montre que quand on veut, on peut.

J’étais très fort pour enchaîner les soirées, brûler la vie par les deux bouts. J’ai pesé jusqu’à 90kg. Il m’arrivait de ne plus savoir où ma voiture etait garée et puis un jour, j’ai eu envie de changer !!!

Comment fais-tu pour concilier vie pro / vie perso / vie sportive ?

J’essaye, même si ce n’est pas toujours évident. J’ai choisi de changer de travail pour me permettre plus de liberté sur les horaires et être plus présent pour ma famille. Je fais partager le plus possible mon travail et la course à pied avec ma famille. La Communication et la tolérance restent nos meilleurs atouts à la maison pour tout concilier.

yoann-stuck-interview

Quels conseils aimerais-tu donner aux coureurs débutants ?

D’y aller progressivement et d’être régulier. Et bien entendu, prendre toujours le plus de plaisir possible.

Quels conseils aurais-tu aimer recevoir à tes débuts ?

Je pense que j’aurais surtout aimé être sensibilisé au sport plus jeune. Je trouve que ce n’est pas évident pour tout le monde en France de pratiquer une activité sportive alors que ca devrait l’être. Au delà de la forme physique, pratiquer une activité régulière apporte à tous les niveaux.

Retrouvez Yoann STUCK sur sa page Facebook et sa chaîne YouTube !