Mélanie DOUTART, la runneuse au service de la médecine

Aujourd’hui j’ai la chance d’interviewer Mélanie DOUTART.

Quelques jours seulement après sa première sélection avec les Bleues lors des championnats d’Europe de cross-country en Slovaquie. Elle boucle sa première épreuve en bleue à la 63ème place et à la 8e place en équipe. Prometteur pour l’avenir sachant qu’elle n’a eu que quelques jours pour se préparer en remplacement de Sophie DUARTE, forfait pour blessure.

JFEET : Bonjour Mélanie, merci d’avoir accepté de répondre à mes questions. Peux-tu te présenter brièvement ?

Mélanie DOUTART : J’ai 28 ans. Je suis médecin généraliste en dernière année de spécialisation de médecine du sport. Je travaille actuellement au département médical de l’INSEP pour 6 mois.

Depuis quand cours-tu ?

Je cours depuis la fin de l’année 2013 et ma première licence date de septembre 2014.
Je n’ai jamais pratiqué de sport en club auparavant et par la suite mes études de médecine ne me le permettaient pas.

Quelle est ta distance et ton terrain de prédilection ?

10km et cross mais finalement j’ai la chance d’être assez homogène sur toutes les distances.

Pourquoi tu cours ?

Au début, c’était dans un projet de remise en forme. Je courais sans chercher la performance. J’ai participé à mon premier semi-marathon 6 mois après. Je l’ai couru en 1h38 (temps qualificatif pour le championnat de France). Je me suis donc prise au jeu et j’ai décidé de me licencier en club sans tout de fois penser qu’un jour je pourrai atteindre mon niveau actuel.

Combien de séances par semaine ?

Actuellement 6 fois par semaine. Je ne fais jamais de biquotidien et la première fois où j’ai fait ça en stage cela ne m’a pas du tout réussi. Mon travail ne me le permet pas que ça soit une question de temps ou de difficulté à récupérer par la suite.

Pratiques-tu l’entraînement croisé avec le vélo ou d’autres sports ?

Auparavant je faisais une séance de natation toutes les 2 semaines mais j’ai tendance à trop me donner et entraîner de la fatigue ! J’essaie de réintroduire une séance de vélo toutes les 2 semaines. Mais à moins de faire du home traîner, il est difficile pour moi d’en faire hors week-end pendant l’hiver.

melanie-doutart2

Quels bénéfices tires-tu de la cap ?

Je me suis découvert une passion, j’ai décidé de me spécialiser en médecine du sport après mes débuts en athlétisme. Mon niveau actuel m’ouvre beaucoup de portes sur le plan professionnel. Mais aussi les rencontres, le partage entre sportifs. Le sport rassemble des gens de tous milieux.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Faire une belle saison au championnat de France de cross et descendre mes chronos sur 10km et 5000m.

Peux-tu nous dévoiler ton palmarès ?

Championne de France de 10km 2017
Médaille de bronze au championnat de France élite sur 5000m en 2017
RP 16’14 sur 5000m en 2017
RP 34’12 sur 10km en 2016
14e au championnat de France de cross élite en 2016

Un palmarès qui laisse rêveur surtout quand on sait que tu as découvert l’athlé sur le tard. Quel est ton plus beau souvenir de course ?

Les championnats inter-régionaux à Liévin où j’étais dans mon élément: un parcours rude avec des relances, de la boue, le froid, du dénivelé. Et ce jour là j’avais de très bonnes sensations.

Et le pire… ?

Mon premier abandon sur une course au championnat de France de semi marathon en 2017 où j’étais cuite à cause de mon stage au Portugal 3 semaines auparavant.

melanie-doutart3

Comment fais-tu pour concilier vie pro / vie perso / vie sportive ?

C’est difficile mais j’arrive à me débrouiller, j’ai souvent le cerveau qui fume ! C’est la tenue d’un agenda impeccable en permanence! Je m’entraîne le soir et le samedi matin. Mes autres loisirs je les cale en fonction. Le week-end j’ai un peu plus de temps sauf si je suis en compétition. Et pourquoi ne pas lier l’utile à l’agréable en s’entraînant entre amis et surtout avec ma chienne !

Quels conseils aimerais-tu donner aux coureurs débutants ?

Tout dépend du but recherché. Il n’est pas nécessaire de rechercher la performance. 2-3 footings par semaine peuvent amplement suffire. Le sport de haut niveau n’a pas forcément d’intérêt sur le plan santé, cela peut même avoir un effet délétère à long terme. Le tout est de se faire plaisir, que ça ne devienne pas une contrainte ou altérer notre vie sociale et familiale.

Quels conseils aurais-tu aimer recevoir à tes débuts ?

Bonne question ! Je ne sais pas. Je pense que j’ai eu beaucoup de bons conseils justement. Et il n’y a rien de mieux que de faire sa propre expérience. J’ai toujours le même entraîneur, qui m’a fait passer de 44’30 à 34’12 en 2 ans et demi. Il a su adapter mes entraînements en fonction de mon travail mais aussi en fonction de mon potentiel.

Merci Mélanie !

Tu as un OBJECTIF à préparer ? Tu as envie de te mettre SERIEUSEMENT au running ? Envie de sortir de cette ZONE DE CONFORT qui t’a trop longtemps fait les yeux doux ? Je te propose un ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE. Plus d’infos sur la page coaching.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérifions que tu es humain *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.