Laurent DESMET, l’ultra prof !

Ce mois-ci, je vous présente Laurent DESMET, un traileur hors normes.

Très présent dans l’univers du trail, Laurent est une vraie crème qui donne tout lorsqu’il a un dossard sur le ventre. Et un mec super accessible qui est toujours là pour motiver la runnosphère sur le web. Ce qui lui a valu de devenir ambassadeur de plusieurs marques comme Mieltonia, Performax, Life+ et WonderTrail, magazine-web pour lequel ils réalisent des tests matériel et écrit de très bons articles.

Jerem : Salut Laurent, peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs ?

Laurent : Bonjour je me présente. Laurent, 42 ans. Je suis professeur d’EPS depuis 17 ans. Marié et père de 3 jeunes filles (Marine 11 ans, Océane 9 ans et Mélia 5 ans)

Depuis quand cours-tu ?

Je cours depuis…. En fait, j’ai quasiment plus ou moins toujours couru. J’ai joué au handball, j’ai pratiqué le judo pour faire comme papa pendant plus de 10 ans. Epoque pendant laquelle je courrais pour ajuster mon poids pour être dans la bonne catégorie. Je ne peux pas dire que j’aimais vraiment courir, mais ça c’était avant !!!

Je suis ensuite passé au sport d’endurance avec le roller, que j’ai arrêté suite à un déménagement. Cela fait maintenant 6 ans que je me suis orienté vers la course à pied.

J’ai commencé par la route ce qui m’a valu de belles tendinites aux tendons d’Achille. C’est donc un peu par la force des choses que j’ai découvert le trail.

Quels sont ta distance et ton terrain de prédilection ?

Ce que j’aime, c’est les ultra (entre 80 et 130 km) en montagne et ce même si mes résultats sont souvent meilleurs sur des courses d’environ 50 km avec un profil de moyenne montagne.

Pourquoi tu cours ?

Je cours pour beaucoup de raisons et de valeurs. J’aime cette sensation de liberté, j’aime être au contact de la nature, j’aime aussi les notions de partage et d’entraide. La liste est longue…

Quand je vois une montagne, non seulement je la trouve belle, je suis attiré, mais je me demande assez rapidement quels sentiers on peut prendre pour aller y faire un tour. J’aime me sentir  tout petit face à ces mastodontes façonnés par dame nature.

Combien de fois par semaine ?

Je cours entre 5 et 10 fois par semaine…

Quels bénéfices tires-tu de la cap ?

Les bénéfices sont divers et variés. Je m’entretiens physiquement pour ne pas que le poids des années me rattrape. C’est aussi une façon de m’apaiser, de me sentir bien…

Mais étant compétiteur, ce que j’aime beaucoup dans cette activité , c’est qu’en m’entraînant dur, je progresse rapidement et de façon conséquente. Mon but sur les courses est d’essayer de franchir la ligne d’arrivée le plus vite possible, peu importe le classement, même si j’essaie d’être le plus souvent possible dans les premiers 10%. Mais pour ça, il faut s’entraîner dur. Et encore plus dur quand tu vis en région parisienne et que tu veux aller titiller les montagnards.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Je serai sur les Hospitaliers et sur l’Hivernal des Templiers. Millau étant une région que j’affectionne tout particulièrement pour de multiples raisons !!!

Quel est ton plus beau souvenir en compétition ?

The Trail à Sens où je finis 2ème du 65 km pour mon premier longue distance. Et l’Ultra Tour du Beaufortain et ses 120km en 2017 où après avoir couru toute la journée sous la canicule on a essuyé une méchante tempête avec des éclairs qui nous tombaient vraiment à côté. La course à d’ailleurs dû être neutralisée. J’ai eu la chance de franchir l’arche d’arrivée en entier.

Le pire ?

L’Ecotrail de Paris 2017 sur le 80km. J’ai été dans le dur au 35ème kilomètre. Je n’ai pas abandonné car je n’avais pas de soucis techniques et je ne voulais pas donner à mes enfants l’image de quelqu’un qui ne donne pas tout. Et puis tu relativises en te disant que tu es en bonne santé et que même si c’est dur à ce moment là, toi dans quelques temps tout ira mieux contrairement à d’autre. Mais je l’ai payé cher psychologiquement !!!

Quels conseils aimerais-tu donner aux coureurs débutants ?

Commencez progressivement. Ne brûlez pas les étapes même si vous trouvez qu’allonger les distances est super grisant.

Mais aussi pensez à bien manger et bien vous hydrater et ce à tout moment de la journée. Mais attention ça ne doit pas empêcher parfois de se lâcher et de profiter de la vie.

Quels conseils aurais-tu aimer recevoir à tes débuts ?

J’ai eu la chance de recevoir de bons conseils et de part ma profession, j’ai aussi eu l’avantage d’avoir quelques connaissances en physiologie du sport qui m’ont bien aidé.

Merci Lolo pour ces réponses !

On te suivra avec plaisir dans tes prochaines aventures via ton compte Facebook (par ici). 

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager.

Pour ne rien rater de l’actualité du blog, inscris-toi à la newsletter
Retrouve la team JFEET sur la page Facebook
Abonne-toi à la chaîne Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifions que tu es humain *