Comment s’équiper pour un trail ?

Qui dit trail dit équipement spécifique. Tour d’horizon de ce qu’il faut absolument avoir !Au contraire des courses sur route qui n’ont de différentes que la distance, un trail se caractérise par plusieurs choses. Il est primordial de prendre en considération les éléments suivants pour choisir le matériel adéquat.

La distance

De 10 à 300 kilomètres, les trails offrent des distances permettant de satisfaire tous les coureurs, du débutant voulant découvrir la discipline à l’ultra traileur, adepte des longues, très longues distances.

Le type de terrain

Forêt, montagne, sable ou neige, avant de choisir sa monture (ses chaussures), il faudra prendre en compte le revêtement sur lequel tu vas courir.

Le dénivelé positif

Quand tu lis qu’une course mesure 20 kilomètres avec 700m de D+, cela signifie que pendant les 20 kilomètres, tu auras à faire l’ascension de 700m de dénivelé en cumulé. Tantôt sur une seule côte, tantôt sur plusieurs, ça varie d’un trail à l’autre. Si tu cours un trail en montagne, attends toi à de longues ascensions. Pour exemple, la 6000D qui est une course de 60 kilomètres avec 4000m de D+ à La Plagne fin juillet, consiste à gravir 4000m de D+ en une seule côte, te menant au glacier. Pour redescendre ensuite au village. Autant dire que tu pars pour 6-7 heures d’ascension en continu ou presque.

L’horaire de départ et d’arrivée

Il se peut que tu partes ou que tu arrives de nuit. Il se peut même que tu passes toute une nuit voire plusieurs dehors pendant la course. Sur l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB) qui se déroule chaque fin d’été à Chamonix, la plupart des coureurs passent 2 nuits en montagne.

Le ravitaillement

Un trail peut se courir en autosuffisance, où tu devras prévoir tout le ravitaillement pendant la durée totale de la course. Tu trouveras également des trails où un ou plusieurs ravitaillements sont proposés. Il faudra prendre ce paramètre en compte avant de préparer tes affaires. Je reviendrai en détail sur le ravitaillement dans un prochain article. Le sujet est trop important et trop complexe pour être survolé.

Les conditions météorologiques

Autant tu peux aisément courir 1h sans être trop habillé, autant parcourir des dizaines de kilomètres en montagne nécessitera un équipement adéquat sous peine de vivre un véritable calvaire pendant la course.

Choisir ses chaussures

On aborde là le point essentiel de l’équipement. Un mauvais choix de chaussures et la course peut devenir un enfer. Il faudra bien évidemment avoir rôdé les chaussures à l’entraînement. Sous peine de mauvaise suprise le jour J.

Les caractéristiques des chaussures de trail sont les suivantes :

L’accroche : en fonction du terrain et de la météo, il te faudra des chaussures capables d’adhérer au terrain. Des crampons plus ou moins longs, plus ou moins espacés.

L’amorti : on ne part pas sur un trail de 100 bornes avec un amorti proche du néant. Sauf quand on est expérimenté et qu’on connaît son corps par coeur. Il vaut mieux raisonner en terme de durée de course plutôt qu’en terme de distance. Si tu pars pour plus de 3h de course, prends une chaussure avec un bon amorti.

La protection : tu pourras trouver sur les chaussures de trail un renfort sur le bout du pied. Très utile sur des parcours semés de pierres et de racines. Point à ne pas négliger sous peine de te détruire les ongles pendant la course. D’une c’est moche, et de deux, c’est douloureux.

La pointure : toujours prendre une taille au-dessus de la chaussure de route. Pourquoi ? Parce que dans les descentes, avoir le bout du pied qui tape contre la chaussures, ça fait mal, très mal, surtout après plusieurs heures de course.

La stabilité : assure toi d’être bien calé dans la chaussure surtout au niveau des chevilles. Le sol étant généralement instable, tu n’auras pas d’appuis aussi sécurisés que sur route. Le maintien de la cheville est donc important. Prends garde à bien lasser tes chaussures au niveau de la cheville et à laisser un peu de mou sur le cou du pied car il va gonfler pendant la course.

Choisir ses vêtements

Comme pour les chaussures, le choix des vêtements va dépendre des conditions de course et notamment de la météo. Les questions à se poser sont les suivantes :

Il fera chaud ? Short, t-shirt manches courtes, casquette, lunettes (si le soleil est au rendez-vous) et c’est parti !

Il risque de pleuvoir ? Casquette ou visière pour se protéger de la pluie, haut à manches courtes avec manchettes pour le côté amovible. Et si vraiment il risque de pleuvoir fort, une veste imperméable que tu mettras dans ton sac au cas où. Pour les chaussures, je ne te conseille pas les matériaux water proof. L’eau a du mal à entrer mais si elle y parvient, tu vas avoir les pieds trempés pendant toute la course. Et vive les ampoules ! Je t’envoie une photo de mon pied suite au Maxicross si tu veux une preuve parlante.

Il va faire froid ? Gants, buff (foulard multifonctions) ou bonnet, manchettes, collant long, technique des 3 couches. Pour respecter cette technique, il te faut une première couche composée d’un t-shirt manches courtes ou longues et dotée d’un tissu très technique qui évacuera bien la transpiration. La deuxième couche sera un textile conservant la chaleur. Et la troisième couche (imperméable s’il pleut) doit être la plus respirante possible pour évacuer la chaleur. Ne te couvre pas trop sous peine d’avoir un gros coup de chaud pendant la course.

Il y aura de la neige, de la boue ou du sable à outrance ? Tu peux opter pour des guêtres qui empêcheront la neige, la boue ou le sable de pénétrer dans tes chaussures par le haut.

Manchons de compression ou pas ? Retrouve mon article pour t’aider dans ton choix.

Choisir son système d’hydratation

C’est la durée de la course et le nombre de ravitaillements ainsi que leur position sur le parcours qui vont déterminer ce point.

Tu vas courir moins d’1h30 ? Pour ma part, je ne prends rien et je me contente d’un verre d’eau sur le ravitaillement généralement situé à mi-course. Pas besoin de partir avec 1 litre d’eau pour une épreuve aussi courte. Si tu t’hydrates suffisamment avant la course, tu peux partir tranquille.

Tu pars pour plusieurs heures ? Pour les courses plus longues, je pars avec un sac d’hydratation comme celui-ci de chez Salomon et une ou deux flasques sur l’avant en fonction de la durée de course et du placement des ravitaillements sur le parcours. C’est selon moi plus pratique et plus confortable qu’une poche d’hydratation dans le dos. Le poids est mieux réparti et le remplissage des gourdes au ravitaillement est plus simple et plus rapide. Les ceintures permettant le transport d’une ou plusieurs gourdes sont également une option. Mais il faut en trouver une bonne et la tester à l’entraînement. Car souvent, ça bouge dans tous les sens sauf si c’est super serré. Et dans ce cas, la sensation de compression au niveau de l’abdomen est très inconfortable. Celle de Salomon est très sympa avec les 2 gourdes qui répartissent plutôt bien le poids dans le dos.

Les organisateurs étant soucieux de la sécurité des participants, il y a toujours une liste de matériel obligatoire à avoir sur soi pendant toute la course. De la lampe frontale à la réserve d’eau, en passant par la couverture de survie et la veste imperméable en cas de mauvais temps. Donc ne stresse pas quant au choix de ton équipement, il sera un peu guidé par cette liste. Et avec l’expérience, tu sauras quoi prendre pour les prochains.

Bâtons ou pas bâtons ?

Si tu pars pour un trail de montagne avec beaucoup de dénivelé et des côtes qui vont durer plus de 30 minutes, tu peux utiliser des bâtons. Assure toi de les tester à l’entraînement car ce n’est pas si intuitif que ça. Tu trouveras des bâtons qui se rétractent sur eux-mêmes et d’autres qui se plient et se déplient à l’aide d’un fil qui relie tous les morceaux entre eux. L’avantage de ces derniers est dans la facilité à les sortir et les ranger. Mais tu ne pourras pas régler leur taille, au contraire des rétractables. A toi de voir ce qui te convient le mieux. Pour un premier trail, tu peux t’en faire prêter comme ça tu sauras ce qu’il te faut avant ton premier achat. J’utilise ces bâtons rétractables.

Système d’accroche du dossard

Pour accrocher ton dossard, je te conseille d’utiliser une ceinture porte-dossard (comme celle-ci qui est aimantée et très pratique) plutôt que d’épingler ton dossard à ton t-shirt ou à ta veste. Les conditions météo d’un trail varient souvent et il n’est pas rare d’enlever ou de remettre sa veste. Avoir le dossard accroché à la ceinture se révèle alors bien pratique.

Alors prêt à te mettre au trail ? Retrouve tout mon équipement dans la BOUTIQUE. Pour la tenue, j’utilise beaucoup de produits provenant de Décathlon. La gamme trail de Kalenji est de plus en plus technique et le prix est imbattable. Alors n’aies pas de préjugés sur ce grand distributeur et essaie leurs produits. Personnellement, je suis conquis !

Pour t’équiper, retrouve tous les articles pour être au top sur ta prochaine course dans la BOUTIQUE.

Tu as un OBJECTIF à préparer ? Tu as envie de te mettre SERIEUSEMENT au running ? Envie de sortir de cette ZONE DE CONFORT qui t’a trop longtemps fait les yeux doux ? Je te propose un ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE. Plus d’infos sur la page coaching.

Si tu as des questions ou que tu veux partager ton expérience, rejoins nous dans le groupe Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifions que tu es humain *